Adam Lewack fait partie d’un vaste ensemble de personnes à se sentir mal à l’aise dans un avion.

Ainsi, un grand avion qui s’écrase, fait la une de la presse.

La science intervient afin de pallier l’angoisse collective.

Elle cherche une explication sur les raisons des accidents.

Entre-temps, les spéculations et les théories du complot font leur chemin.

Mais la mémoire collective est courte.

Après constat du caractère anxiogène de la rédaction des informations de la presse, Adam Lewack décida d’entreprendre une recherche sur les rapports entre les angoisses collectives et individuelles.

Il dégagea six sphères sociales aptes à déclencher l’anxiété systémique : la santé, l’économie, la technologie, l’environnement, la violence sociale et la surveillance policière.

Il souligne la discontinuité entre les manifestations collectives et individuelles.

D’après le livre “Angoisses urbaines” d’Adam Lewack

Ajoutez votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code